Menu Fermer

Les Grandes Orgues de la cathédrale

Le grand orgue actuel, inauguré en 1979, a été complètement reconstruit sur une nouvelle tribune au fond de la cathédrale.

Les anciennes orgues

On retrouve des traces de l’existence des orgues de la cathédrale de Beauvais dès 1530. En effet, il est mentionné, lors de l’assemblée capitulaire du 8 juillet 1530, de remplacer les anciennes par de nouvelles orgues.
Les orgues construites entre 1530 et 1532, installées à l’angle du transept sud dans la chapelle des fonts baptismaux, étaient contemporaines de l’érection du transept. On sait peu de choses sur la composition de cet orgue réputé depuis plus de deux siècles, le registre capitulaire ayant été détruit dans un incendie en 1940. Il avait probablement 3 claviers et 1 pédalier.

Sur ce cliché (stéréoscopique Bruguiere) on aperçoit l’ancien instrument

Lors des bombardements des 6, 7 et 8 juin 1940 qui dévastent Beauvais, plusieurs bombes tombent sur l’église. L’une d’elle a complètement disloqué l’instrument, qui resta muet pendant plus de trente ans !

En novembre 1970, le facteur d’orgues Danion-Gonzalez commence les travaux de démontage et d’inventaire de l’orgue.

Après de longues discussions, il fut décidé, selon le projet de J.-P. Paquet, puis par Y. Boiret, l’architecte du Site historique, de reconstruire l’orgue à sa position normale, c’est-à-dire au « fond » de la nef.

Le nouvel instrument

orgues de beauvais

Les Grandes Orgues de la Cathédrale de Beauvais, construites dans l’axe du chœur par la maison Danoin-Gonzalez, sous la direction du Ministère de la Culture, renferment quelques pièces de l’ancien orgue. Aujourd’hui, grâce aux soins de l’organier Bernard Dargossies, il fait sonner au mieux ses 77 jeux, soit environ 5 500 tuyaux. Ceux de basse en façade, les plus longs, mesurent 11,70 m, pour un diamètre de 40 cm ! Voilà qui fait de l’instrument, l’un des plus dix plus grands de France ! Le buffet est en chêne. Cet instrument est très apprécié pour ses qualités de timbres et la souplesse de son utilisation. Il peut mettre en valeur une riche palette d’esthétiques variées. Le virtuose organiste Jean Galard en est le titulaire actuel.

Historique

En 1827, le facteur d’orgues Cosyn, sous la direction de Harmel, construisit un grand orque expérimental dans le transept sud de la cathédrale, en y incorporant des jeux plus anciens.
En 1850, on installe un petit orgue dans le chœur (médaillon du bas). Il est toujours en état de fonctionnement.
Lors des bombardements de 1940, le grand orgue a été trop endommagé pour pouvoir être restauré. Seuls quelques tuyaux ont été réutilisés pour le nouvel orgue.
Le médaillon du haut montre l’entrée d’un grand tuyau dans la cathédrale alors que le grand orgue est en cours de montage (grande photo).

Construction de la tribune

Le fond en bois de la cathédrale, du côté ouest, a été complètement refait, ce qui a permis de placer l’arc en bois et la rosace à la bonne hauteur pour s’harmoniser avec l’orgue.
Ces travaux nécessitaient de creuser sous le sol de la cathédrale pour ancrer les quatre piliers qui soutiennent la tribune. On a étendu les fouilles à une bonne partie du nord du transept, ce qui a permis de retrouver les bases du transept et d’une partie de l’abside de l’ancienne cathédrale.

Jean Galard

Son jeu, très riche, couvre toutes les époques, du Moyen Âge à nos jours. Jean Galard est aussi un excellent improvisateur. Pour lui, l’orgue de la cathédrale de Beauvais, a des sonorités extrêmement lumineuses et des commodités de jeu importantes pour un instrument de cette taille. On peut vraiment faire de l’orchestration. En 1989, Jean Galard a créé à la cathédrale de Beauvais, un « Oratorio de la Genèse ». Il enseigne aussi actuellement l’orgue et l’improvisation au conservatoire Eustache Du Courroy de Beauvais, aux conservatoires de la ville de Paris, et à l’étranger, dans des masterclass.